• Aujourd'hui, nous vous informons que, du 2 juin jusqu'à la mi-septembre, un certain nombre de fonds d'archives conservés à la SHPF ne seront pas consultables, car ils seront à la décontamination. Suite à des infiltrations d'eau stoppées depuis, ils ont en effet été atteints par des champignons/moisissures, très jolis au microscope (voir ci-dessous), mais pas sur des archives.

    Champignons de Paris

    Penicillium notatum  (© Dennis Kunkel Microscopy, Inc.)

     

    Ainsi, les fonds suivants ne seront pas consultables :

    Les dates entre parenthèses sont les dates extrêmes du fonds, pas les dates d'existence de la personne ou de l'institution.

    Pin It

    votre commentaire
  • Aujourd'hui un petit article pour attirer votre attention sur le projet de numérisation du fonds André : un ensemble cohérent d'écrits du 16e siècle au 18e siècle, concernant tous les aspects de la Réforme (textes fondateurs, controverses, historiographie, musique, poésie, iconographie), avec un accent mis sur les belles reliures d'époque ou du 19e siècle... et qui est en cours de numérisation dans le cadre d'un pôle associé entre le Réseau Valdo - dont la SHPF est membre -, et la Bibliothèque Nationale de France (BnF).

    Ce projet permettra au final de consulter en ligne toutes les richesses de ce fond, et, pour cela...

    André et vous

    Personnage peint par James Montgomery Flagg

     

    En effet, c'est un projet d'envergure qui nécessite un financement important (240 000 € TTC), dont seulement la moitié est subventionnée par la BnF. Donc, si vous-même, ou des personnes que vous connaissez, êtes intéressé à devenir mécène de ce projet, je vous invite à consulter et faire consulter la brochure à télécharger ci-dessous (La SHPF étant reconnue d'utilité publique, vous trouverez à la fin du document des informations fiscales qui pourront éclairer votre choix).

    Télécharger « plaquette André web.pdf »

    Pin It

    votre commentaire
  • C'est nous les Canuts !

    Ms 968 - sous cote à venir (©SHPF, Paris)

    Le fonds Ms 968 concerne principalement la commune de Ste Croix dans la Drôme. Il a été envoyé à la SHPF en 1887 par le pasteur Emile Gaidan (1836-1915 ; pasteur à Sainte-Croix de 1880 à 1889), qui avait trouvé cette masse de documents dans les greniers de sa paroisse. Il représente une petite cinquantaine de cartons d’archives.

    Ce fonds regroupe des documents de type divers, principalement des documents juridiques, des pièces notariées, des archives consulaires puis municipales, et de la correspondance familiale et d’affaires, couvrant la période début 17e-début 19e siècle.

    Un essai de classement a été entrepris dans les années 1990 : les documents d’histoire religieuse et généalogique (état civil) ont été classés. Seules les archives sur la destruction du temple et le procès contre Pierre Bouvat qui s’ensuivit ont été étudiés (Bulletin de la SHPF, 1995 : Guy Combes : La destruction du premier temple de Sainte-Croix-en-Diois (1664-1665) . pp. 245-260).

     

    Ce document fait partie des quelques pamphlets et pièces de littérature satirique (18e siècle) conservés dans ce fonds.

    Il date du 19e siècle et plus précisément des années 1830. C’est le questionnaire récité par les nouveaux adhérents de la Société des Familles, créée à Paris par Blanqui, Barbès et Bernard, après la dissolution de la Société des Droits de l’homme. Elle deviendra la Société des Saisons en 1837 et lancera le coup d’Etat contre Louis-Philippe de mai 1839 à Paris. Elle fait partie des nombreuses sociétés secrètes d’inspiration babouviste, prônant un communisme égalitaire.

    On trouve ce questionnaire mentionné dans le procès qui suivit l’insurrection : Cour des pairs. Affaire des 12 et 13 mai 1839 par M. Merilhou

    La Société des Droits de l’Homme avait de nombreuses filiales, notamment à Lyon et à Grenoble qui ont continué d’exister clandestinement malgré les lois contre les associations républicaines (1834).

    Ce document fait certainement écho aux insurrections lyonnaises, la Révolte des Canuts en octobre 1831 et les émeutes d’avril 1834 qui se sont propagés dans la région. Les habitants de Sainte-Croix, centre de sériciculture comme de nombreuses communes de la Drôme, devaient se sentir concernés par les revendications des Canuts sur les salaires des ouvriers de la soie.

    Pin It

    votre commentaire
  • Il y a quelques années, un chercheur américain avait téléphoné avec une demande étrange (il faut imaginer un très fort accent américain) :

    - Bonjour madame, j'aurais souhaité visiter la crypte de la bibliothèque

    -..... la crypte ?... Je ne vois pas trop de quoi il pourrait s'agir...

    - Mais si, vous savez, la crypte en sous-sol...

    - ... en sous-sol, nous avons des aménagements avec des compactus pour ranger les archives et les périodiques... c'est de cela dont vous parlez ? Parce que cela ne se visite pas, ce n'est pas très intéressant historiquement parlant...

    - Non, l'endroit où sont les os du cimetière protestant qui était plus bas dans la rue...

    - Ah, il s'agit de cela... mais cela ne se visite pas, c'est une sorte de réduit aménagé sous un escalier, on ne peut pas entrer dedans, c'est trop petit... ils ne sont pas mis en scène comme dans les catacombes...

    Décryptage

    Les os de la "crypte" (©SHPF, Paris)

    Et oui, suite à des travaux effectués en 1937 au 49 (aujourd'hui 30) rue des Saints-Pères, des ossements (principalement des os de bras, jambes, bassins...) avaient été exhumés, et la SHPF les avait pris en charge, probablement pour les sauver, au mieux, de la fosse commune....

    Décryptage

    Plaque aposée sur la porte de la "crypte" (©SHPF, Paris)

    Pin It

    votre commentaire
  • En ce moment, quand vous venez à la bibliothèque, vous pouvez trouver les bibliothécaires dans cet état-là :

    Hypnose collective

    Kaa (©Dysney)

     Comme nous ne sommes pas vraiment des serpents, cette image est surtout valable pour l'état des yeux, en quasi hypnose à force de passer la journée à faire du contrôle d'images.

    Du contrôle d'images... qu’es aquò ? Eh bien, dans le cadre du projet de numérisation du fonds André, des livres sont numérisés, puis un certain nombre d'informations sont ajoutées aux images afin :

    • qu'elles apparaissent dans l'ordre
    • qu'elles soient agréables à lire (redressement des lignes, cadrage harmonieux)
    • qu'elles soient décrites en terme de pagination (pagination, foliotation, signatures) et de contenu (pages de titre, partie liminaire, table, index, planche, illustration...)
    • que, dans le cas où c'est pertinent, une table des matières soit attachée à la succession des images et pointe vers les bonnes images.

    Le contrôle d'images sert donc à vérifier que tout le processus, réalisé par un prestataire, se passe bien : que la numérisation n'ait pas sauté/tronqué/mal exposé les images ; que les images soient bien cadrées, ordonnées et décrites ; que la table des matière soit complète, correctement orthographiée (pas évident par rapport à la langue, à la typographie...) et qu'elle pointe bien vers les bonnes images...

    La première partie du contrôle ressemble à ça :

    Hypnose collective

    Typage et pagination (capture d'écran ©Numen/SHPF)

     Sur cette visualisation, nous contrôlons la complétude de la numérisation, l'exposition, la pagination, et le typage (description du contenu des pages).

    La seconde partie ressemble à ça :

    Hypnose collective

    Table des matière et visualisation HD (capture d'écran ©Numen/SHPF)

    Là, nous contrôlons d'abord la table des matières : saisie et pointage. Puis, nous faisons défiler toutes les images en haute définition (HD) afin de vérifier le redressement des images (lignes horizontales), l'optimisation des cadrages (nous avons demandé que naissance de la page opposée soit visible mais, si possible, sans le texte de la page opposée) et la netteté des images.

    Sur un livre de 50 pages, ce n'est pas trop hypnotique, mais sur un livre de 800 pages, c'est une autre histoire... et quand on enchaîne plusieurs ouvrages, on a vraiment les yeux de Kaa... et l'index solidaire de la souris pour faire défiler les images (tous les clic-clic réguliers que vous entendez, c'est ça) !

    Alors, quand vous venez nous voir pour une aide bibliographique, pour vos inscriptions à la bibliothèque..., si vous avez l'impression que nous revenons de loin, c'est que, effectivement, nous revenons du pays étrange et hypnotique du contrôle d'images !

     

    PS : pour ceux que cela intéresse, les deux interfaces de contrôle d'images en capture d'écran sont les soeurs jumelles des deux interfaces de visualisation qui seront proposées quand les livres seront mis en ligne : vignettage, ou HD avec la table des matières.

    Pin It

    votre commentaire